Un médecin de Leamington réprimandé après une opération bâclée

Nouvelles

MaisonMaison / Nouvelles / Un médecin de Leamington réprimandé après une opération bâclée

Jul 03, 2023

Un médecin de Leamington réprimandé après une opération bâclée

L'ancien chef de cabinet de l'hôpital de Leamington a fait l'objet de mesures disciplinaires plus de deux ans après avoir laissé du matériel chirurgical à l'intérieur d'un patient lors d'une opération de la vésicule biliaire. Le

L'ancien chef de cabinet de l'hôpital de Leamington a fait l'objet de mesures disciplinaires plus de deux ans après avoir laissé du matériel chirurgical à l'intérieur d'un patient lors d'une opération de la vésicule biliaire.

L'ancien chef de cabinet de l'hôpital de Leamington a fait l'objet de mesures disciplinaires plus de deux ans après avoir laissé du matériel chirurgical à l'intérieur d'un patient lors d'une opération de la vésicule biliaire.

Le Dr Ejaz Ahmed Ghumman a démissionné de son poste chez Erie Shores Healthcare en avril après que la question ait été portée devant le comité de discipline de l'Ordre des médecins et chirurgiens de l'Ontario.

Abonnez-vous maintenant pour lire les dernières nouvelles dans votre ville et partout au Canada.

Abonnez-vous maintenant pour lire les dernières nouvelles dans votre ville et partout au Canada.

Créez un compte ou connectez-vous pour continuer votre expérience de lecture.

Vous n'avez pas de compte ? Créer un compte

L'erreur a nécessité que la patiente – à qui l'on avait dit que l'opération s'était bien déroulée – soit envoyée à Londres pour une intervention chirurgicale d'urgence après que son état se soit aggravé pendant plusieurs jours après l'ablation de la vésicule biliaire.

Ghumman et les responsables de l'hôpital n'ont pas pu être contactés lundi soir pour commenter.

Le comité de discipline de l'université a statué le 21 juillet que Ghumman « avait commis un acte de faute professionnelle en ce sens qu'il n'avait pas réussi à maintenir les normes d'exercice de la profession ».

Ghumman, qui a obtenu son diplôme de médecine au Pakistan en 1982, ne peut postuler à nouveau pour un poste de chef de cabinet dans aucun hôpital tant qu'il n'a pas effectué une réévaluation.

Durant les 12 prochains mois, il ne pourra exercer que sous l'œil d'un superviseur clinique. Six mois après la période de supervision, Ghumman doit se soumettre, à ses frais, à une réévaluation de sa pratique.

Ghumman doit également informer le collège de chaque lieu où il exerce dans un délai de 15 jours. Il est également soumis à des inspections inopinées de son cabinet et des dossiers de ses patients, ainsi qu'à d'autres demandes de surveillance du collège.

En plus de payer tous les frais associés à l'exécution de l'ordonnance du collège, Ghumman doit payer les frais de 5 500 $ de son audience disciplinaire.

Le Collège des médecins et chirurgiens a déclaré dans un résumé écrit qu'un patient, dont le nom n'a pas été nommé, avait déposé une plainte en juin 2015 concernant la conduite de Ghumman lors de l'ablation de la vésicule biliaire et des soins postopératoires.

Plusieurs mois auparavant, Ghumman avait dit à la femme qu'elle souffrait de calculs biliaires. Il a procédé à une ablation laparoscopique de la vésicule biliaire.

Le collège a déclaré que pendant l'opération, un applicateur de clip que Ghumman avait placé sur l'artère kystique du patient s'était coincé et n'avait pas pu être retiré car il aurait pu endommager une artère.

Ghumman a envisagé de passer à une procédure ouverte, ce qui signifie qu'il aurait dû retirer la vésicule biliaire par une large coupure dans l'abdomen. Mais le collège a déclaré qu'il avait décidé de poursuivre la chirurgie laparoscopique et de diviser l'artère kystique pour retirer l'applicateur de clip coincé.

Cela nécessitait d'appliquer plus de clips. À un moment donné, a déclaré l'université, Ghumman s'est inquiété du fait qu'il aurait pu mettre par erreur un clip sur un canal biliaire ou une artère et ne savait pas comment l'enlever.

Il a finalement retiré la première tondeuse coincée ainsi que la vésicule biliaire, qui s'est déchirée pendant qu'il la retirait. Ghumman a terminé l'opération mais a noté dans son rapport qu'il se pourrait qu'il y ait encore un clip sur le canal biliaire principal.

Après cela, il a dit au patient que l’opération s’était bien déroulée. Le collège a déclaré qu'il avait indiqué qu'il avait peut-être placé un clip sur l'artère hépatique droite ou le canal biliaire principal de la femme, mais qu'il l'avait quand même renvoyée chez elle le même jour.

Lorsque la patiente est revenue deux jours plus tard pour une surveillance, elle a dit qu'elle ne se sentait pas bien.

Ghumman a déclaré au médecin de famille de la femme qu'il y avait eu un « petit incident » pendant l'opération, mais après un scanner, il a été convaincu qu'il n'y avait pas de clip sur le canal biliaire. Il a dit qu’il était initialement inquiet parce qu’il avait appliqué le clip « un peu à l’aveugle », mais qu’il avait l’impression que le clip était sur les tissus le long de la vésicule biliaire, ce qui n’était pas un problème.