Introduction et comparaison de trois méthodes de fixation différentes dans l'espace sus-hépatique en laparoscopie

Nouvelles

MaisonMaison / Nouvelles / Introduction et comparaison de trois méthodes de fixation différentes dans l'espace sus-hépatique en laparoscopie

Jun 25, 2023

Introduction et comparaison de trois méthodes de fixation différentes dans l'espace sus-hépatique en laparoscopie

Scientific Reports volume 13, Numéro d'article : 6231 (2023) Citer cet article 358 Accès 1 Détails Altmetric Metrics La mise en place d'un shunt ventriculo-péritonéal (VPS) est la procédure standard dans le

Rapports scientifiques volume 13, Numéro d'article : 6231 (2023) Citer cet article

358 accès

1 Altmétrique

Détails des métriques

La mise en place d'un shunt ventriculopéritonéal (VPS) est la procédure standard dans la prise en charge de l'hydrocéphalie. L'introduction de la laparoscopie permet une meilleure visualisation pendant l'opération et un placement plus fiable de la terminaison péritonéale du cathéter, ce qui diminue considérablement les taux d'obstruction et de malposition postopératoires. Cependant, les méthodes de fixation de la terminaison péritonéale du cathéter n'ont pas été discutées auparavant. Les indications, techniques et complications ont été comparées entre le VPS conventionnel et le VPS guidé par laparoscopie. De plus, les mêmes analyses ont été réalisées au sein du groupe VPS guidé par laparoscopie subdivisé par trois techniques différentes de fixation de l'extrémité péritonéale du cathéter, y compris la suture et la ligature, la fixation par clip en titane et la fixation sous-cutanée. Au total, 137 patients atteints d'hydrocéphalie ayant reçu un traitement VPS ont été étudiés rétrospectivement, dont 85 étaient guidés par laparoscopie et 52 non. Les extrémités distales des cathéters étaient toutes placées dans l'espace sus-hépatique. Un suivi d'au moins un an (28,6 mois en moyenne) a été assuré en postopératoire. La durée moyenne de l'ensemble de l'opération était respectivement de 45 minutes pour la suture et la ligature, de 40 minutes pour la fixation par clip en titane et de 30 minutes pour la fixation sous-cutanée. Six patients (4,4 %) présentaient une obstruction du cathéter ventriculaire au total. Les taux de réussite pour la procédure VPS assistée par laparoscopie et la procédure VPS conventionnelle étaient respectivement de 87,1 % (74/85) et 80,8 % (42/52). Au sein des sous-groupes de VPS assistés par laparoscopie divisés par méthodes de fixation, les procédures ont réussi dans 85,2 % (23/27) des sutures et des ligatures, 82,1 % (23/28) des fixations par clips en titane et 93,3 % (28/30) de fixation sous-cutanée, respectivement. Deux patients présentaient une luxation du tube de dérivation à l'extrémité péritonéale dans le groupe laparoscopie, tous dans les sous-groupes de fixation par clip en titane. L'insertion du VPS assistée par laparoscopie est une méthode de shunt idéale pour son efficacité et son taux de complications moindre après l'opération. La méthode de fixation sous-cutanée de la terminaison péritonéale du cathéter pourrait être la technique de fixation optimale.

L'insertion d'un shunt ventricuopéritonéal (VPS) est la procédure standard dans la prise en charge de l'hydrocéphalie et donne de très bons résultats1,2,3,4. Cependant, la mauvaise position et l'obstruction du terminal de dérivation sont une complication postopératoire courante qui nécessite le remplacement des cathéters initialement placés. L'incidence d'un dysfonctionnement du shunt après la mise en place initiale survient chez environ 25 à 35 % des patients après 1 an. Jusqu'à 24 % des patients atteints d'un shunt VP souffrent de complications liées au shunt et le type de dysfonctionnement peut varier en fonction de l'âge du pontage5,6. La luxation entraîne une réintervention après un shunt abdominal chez environ 0,5 à 8 % des patients7,8. Il a été démontré qu'au cours de la phase postopératoire précoce, un mauvais placement ou une luxation du cathéter abdominal peut représenter jusqu'à 22 % des dysfonctionnements du shunt6. Avec le développement de nouvelles techniques mini-invasives, l'insertion du VPS assistée par laparoscopie permet le placement direct de la terminaison péritonéale du cathéter dans l'espace suprahépatique sous visualisation laparoscopique directe, ce qui a considérablement réduit l'incidence de dysfonctionnement distal et de révision9,10.

La fixation est une solution idéale pour la luxation de l'extrémité distale du cathéter. Cependant, le résultat et les techniques de fixation n’ont pas été discutés auparavant. Ainsi, nous rapportons notre expérience de trois méthodes de fixation de l’extrémité distale du cathéter : suture et ligature, clip en titane et fixation sous-cutanée.

Bien que la nouvelle technique garantisse le placement approprié de la terminaison péritonéale du shunt, la luxation de la terminaison péritonéale du cathéter et la formation d'un faux kyste ne peuvent être complètement évitées et la meilleure méthode de fixation n'est pas encore déterminée. Pour améliorer les résultats postopératoires et prévenir la luxation du cathéter terminal péritonéal et l'occlusion omentale, nous avons comparé le VPS avec et sans laparoscopie, et avons également comparé les trois méthodes de fixation de l'extrémité distale du cathéter.

 0.05). The duration of the whole operation with suture and ligature fixation was 35–60 min, with an average time of 45 min; the titanium clip fixation was 25–60 min, with an average time of 40 min; the subcutaneous fixation was 20–50 min, with an average time of 30 min. Overall, there were 5 infection cases (5/85, 5.9%) in the peritoneal part with laparoscopy-assistance. While in the open technique VPS group, there were two cases (2/52, 3.8%) of shunt infection. There were six patients (6/137, 4.4%) who had obstruction of the shunt tube in the ventricular end (Fig. 2A) in total. Two dislocations (2/28, 7.1%) in the titanium clip subgroup led to the obstruction while none in the other two subgroups (Table 2), lower than non-laparoscopy group (4/52, 7.7%). Moreover, the only malposition and one cerebrospinal fluid pseudocyst formation (Fig. 2B) occurred in non-laparoscopy group (1/52, 1.9%). The correlation between the complication and the cause of hydrocephalus is shown in Table 3./p>